Revue parlementaire canadienne

Numéro courant
Région canadienne, APC
Archives
Prochain numéro
Guide de rédaction
Abonnez-vous

Recherche
AccueilContactez-nousEnglish
Activités de l’APC : la scène canadienneActivités de l’APC : la scène canadienne


«Pour convaincre Washington»

En 1983, la Région du Canada de l’Association parlementaire du Commonwealth constitua une caisse spéciale pour appuyer des projets qui contribuent à atteindre les buts et les objectifs de l’Association. L’année suivante, le Comité exécutif de l’Association approuva une proposition fédérale concernant la tenue d’un colloque intitulé «Pour convaincre Washington». Ce colloque eut lieu du 17 au 19 septembre 1985 et regroupa dix-sept députés des assemblées législatives de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve de l’Île du Prince Édouard et des Territoires du Nord-Ouest.

Le premier orateur invité fut Walter Kravitz, auteur de nombreux livres et articles sur le Congrès américain. Il donna un aperçu des différences entre le régime parlementaire et celui du Congrès, mettant notamment en lumière les principes sur lesquels ils se fondent et expliquant des expressions comme celle de «parti politique» ou «gouvernement», qui n’ont pas le même sens dans les deux régimes. Il souligna qu’aux États-Unis le pouvoir était très partagé et que cela posait des difficultés à tous ceux qui cherchaient à influer sur les politiques de ce pays.

L’orateur suivant, Matthew Abrams, président de CANAMCO, parla du lobbying, de sa définition, de ses diverses formes et dit quelques mots sur certaines des personnalités les plus influentes sur la scène politique américaine.

Ancien responsable de secteur canadien au Département d’État, M. Ed Nef parla lui aussi des diverses formes de lobbying, et souligna à quel point il importait que le secteur privé fasse des démarches pour défendre les intérêts du Canada. Il indiqua que l’efficacité de ce type d’activité était très difficile à mesurer.

Le lendemain matin, les délégués se rendirent à l’Ambassade du Canada pour entendre les exposés des conseillers James Judd, John Fieldhouse, Pierre Gosselin et Bruce Jutzi sur diverses questions canado- américaines, et notamment sur la façon dont l’ambassade sonde le Congrès, sur le programme de relations publiques de l’ambassade et sur quelques questions bilatérales, dont le commerce et les pluies acides. M. Jacques Roy, chef adjoint de la mission canadienne, fit brièvement le point des relations canado-américaines.

Dans l’après-midi, les délégués se rendirent au Congrès où ils entendirent les discours de trois représentants, Les Aucoin (Démocrate- Oregon), George O’Brien (Républican- Illinois) et John McGergan Jr. (Républican-Maine), ainsi qu’un ancien représentant, James O’Hara. Ils parlèrent de la force du courant protectionniste au sein du Congrès et en expliquèrent quelques-uns des motifs politiques et électoraux. Un autre ancien représentant, Edward J. Derwinski, qui est en ce moment conseiller au Département État, parla des relations entre ce Département et le Congrès dans la perspective des questions touchant le Canada.

Le dernier jour du colloque commença par une rencontre avec l’avocat Robert Herzstein qui défendit la position du Canada dans le dossier du bois d’oeuvre. Son allocution illustra un grand nombre d’arguments avancés par d’autres orateurs concernant la complexité du processus de prise de décision aux États-Unis Le dernier point au programme était une rencontre avec l’ambassadeur du Canada à Washington, M. Allan Gotlieb. Grâce à ses explications, les délégués purent apprécier combien est difficile la tâche de ceux qui sont chargés de défendre les intérêts du Canada, que ce soit au niveau fédéral, provincial ou prive.

La principale leçon à tirer de ce colloque est que nous n’arriveront probablement pas à sortir vainqueurs d’une discussion avec les Américains, à moins de les convaincre que nos politiques sont en fait dans leur intérêt.

C’est le Centre d’échanges législatifs à Ottawa qui avait organisé ce colloque. La directrice du Centre, Barbara Reynolds et son représentant à Washington, Jo Oberstar, ont vraiment tout fait pour que les participants en profitent au maximum. Nouveau secrétaire général à l’APC L’ancien Premier ministre de l’Australie-Méridionale, l’honorable David Tonkin, a été élu secrétaire général de l’Association parlementaire du Commonwealth, à la place de sir Robin Vanderfelt. Sir Robin, qui était secrétaire général depuis 1961, prendra sa retraite l’an prochain.

Les membres du Comité de sélection, qui ont interviewé des candidats de tous les pays du Commonwealth, étaient tous unanimes sur le choix de M. Tonkin. La nomination de M. Tonkin a été entérinée par tous les membres du Bureau et par l’Assemblée générale à Saskatoon (Saskatchewan) en octobre 1985.

M. Tonkin a été premier ministre de l’Australie-Méridionale de 1979 à 1982 et député de la Chambre de cet État de 1970 à 1982. Il est optométriste de profession et conseiller en administration sanitaire.    

Nouveau lieutenant-gouverneur en Ontario

Le 20 septembre 1985, M. Lincoln Alexander était assermenté comme lieutenant-gouverneur de I’Ontario. Il remplaçait John Black Aird dont le mandat venait de prendre fin.

De 1968 à 1980, M. Lincoln avait été député fédéral de la circonscription d’Hamilton West. En 1979, Joe Clark l’avait nommé ministre du Travail. En 1980, il abandonnait son siège de député pour accepter le poste de président de la Commission des accidents du travail de l’Ontario.

M. Lincoln est âgé de 63 ans et il est originaire de Toronto. Il a passé trois ans au service du CARC pendant la guerre. Il a ensuite poursuivi des études de droit et a exercé comme avocat à Hamilton.

M. Lincoln est le premier citoyen de race noire à avoir été élu député à la Chambre des communes. Il est aussi le premier noir à occuper le poste de lieutenant-gouverneur au Canada.   Nouveau greffier adjoint Depuis le 30 septembre, Henry Zoe est le nouveau greffier adjoint de l’Assemblée législative des T.N.-O.  

Avant d’occuper ces fonctions, M. Zoe avait été administrateur greffier du village de Rae-Edzo (T.N.-O.) depuis 1980 et, administrateur adjoint pendant les quatre années précédentes. L’Association des administrateurs municipaux des T.N.-O. vient de lui décerner le prix du meilleur administrateur des Territoires pour 1985. M. Zoe, qui est âgé de 26 ans, a fait ses études à Rae-Edzo (T.N.-O.), à La Loche, Prince Albert et Saskatoon (Sask.). Il succède au greffier adjoint Albert Canadien qui a pris sa retraite l’été dernier.


Canadian Parliamentary Review Cover
Vol 8 no 4
1985






Dernière mise à jour : 2018-07-31